QUITTER CETTE PAGE EFFACER VOS TRACES
Slide background

ACCOMPAGNEMENT POUR
FEMMES VIVANT DES DIFFICULTÉS
RELIÉES À LA PROSTITUTION

Slide background

SORTONS LES FEMMES DE LA RUE

Slide background

Slide background

Prostitution- témoignage- Jocelyne


Je suis née à Montréal, d’une famille unie. J’ai une soeur et un frère et je suis l’aînée. Durant notre jeunesse, les fins de semaine, nous faisions du sport, comme le ski alpin, la natation, du bateau avec des amis. En vacances nous nous rendions à l’Ile-du-Prince-Édouard et  Old Orchard Beach.

 

Étant jeune, j’avais un problème d’exéma  et d’impétigo. Les enfants ne voulaient pas jouer avec moi et m’humiliaient. Nous manquions de communication, de tendresse, d’affection… et je n’étais pas à la hauteur de la famille pour les études.

 

Je n’étais pas bonne à l’école et les groupes de filles se moquaient de ma personne… je me sentais inférieure aux autres… et à la maison,  ma soeur réussissait dans tout ce qu’elle faisait. Comme ma famille est de la classe professionnelle, je ne me sentais pas à la hauteur.

 

J’étais rabaissée, rabrouée par ma mère et les filles m’humiliaient à l’école, parce que j’étais timide, renfermée sur moi-même. Je manquais de confiance en moi.Les amies que j’avais, étaient des filles simples, du Secondaire, mais, elles n’étaient pas à la hauteur de ma famille, je ne pouvais pas les inviter à la maison.

 

rejet-ecole-adoJe sentais du rejet, quand j’étais chez les Soeurs Sainte Marcelline parce que je ne réussissais pas dans mes études. Elles ne m’ont pas gardée à l’école.  Mais, les religieuses voulaient garder ma soeur parce qu’elle réussissait bien et elles voulaient qu’elle reste.

 

Sur ce, ma mère a été juste, car elle a décidé que:  si elles ne me gardaient pas, ma soeur ne continuerait pas ses études à leur école privée. J’ai aussi senti du rejet dans le travail… Je n’étais pas assez vive pour les employeurs, même si j’étais minutieuse et que je faisais bien ma tâche.

 

Je ne connaissais pas les hommes… je pensais que tout le monde était beau et gentil…Je me suis mariée et j’ai eu un fils. Cependant j’ai toujours eu peur de mon conjoint.

 

Ensuite j’ai rencontré un homme à qui j’ai répondu dans une annonce parue dans le journal du quartier;  il s’est bien occupé de mon fils jusqu’au Secondaire. Par la suite, il le rabaissait et pendant ce temps, je faisais des rencontres avec d’autres hommes, gratuitement, pour son plaisir. Plus tard, il m’a demandé si on pouvait publier des annonces pour continuer, en demandant de l’argent, afin de nous aider financièrement.

 

Les premiers temps, nous faisions ça à la maison, une autre fille et moi-même. La police est venue nous arrêter dans la maison. Nous étions avec un client. Ils sont rentrés  par en avant et par en arrière.  Mon copain et la fille ont été pris au Métro.

 

J’ai été humiliée par la police en interrogatoire.  Je n’ai pas voulu répondre sans avoir un avocat à mes cotés. J’ai passé une nuit en prison.

 

Après avoir passé en cour, je leur ai demandé de m’aider à trouver du travail, mais ils m’ont donné une grosse amende à payer. Donc, j’ai dû continuer à refaire de l’escorte pour payer l’amende, ce qui m’a pris deux ans pour payer.

 

Puis, c’est comme ça que nous avons ouvert une agence d’escorte. J’ai commencé seule, ensuite j’ai continué avec d’autres filles. Nous avions un chauffeur 24 heures sur 24. Je gérais l’agence tout en me prostituant. J’ai appris tous les vices des hommes dans tous les domaines.

 

escorte-evaJ’ai fait de l’escorte pendant 20 ans. C’est grâce à mon fils, en vivant avec lui, que j’ai cessé de le faire. J’ai eu de la difficulté à retrouver mon identité, le respect et la confiance en moi dans tous les domaines de ma vie. j’ai eu de la difficulté à me trouver du travail à cause du manque d’estime de moi-même dans la prostitution et je croyais que j’étais une mauvaise personne.

 

Je suis venue vivre à Louiseville pour me faire une nouvelle vie d’ amour et de  spiritualité pour et apprendre qui je suis vraiment. Je voulais me faire des amies qui me comprennent et me respectent et enfin m’ouvrir à la vie en Dieu.

 

J’ai rencontré Julie au Centre des Femmes et elle m’a fait connaître ÉVA. Toutes les deux, au début, nous venions pour aider les femmes à se sortir de la prostitution. Nous ne pensions pas que nous  avions nous-mêmes besoin de formation. Donc, ÉVA nous aide par des ateliers offerts dans différents lieux , rencontre avec psychologue, neuropsychologue pour une meilleure connaissance de soi, etc…J’en suis très heureuse et j’espère continuer dans le bon chemin. Déjà  je  donne  du  temps  et  de  moi-même  auprès  de  ma  mère   devenue  plus  fragile.

 

Jocelyne

 

 

Menu